mercredi 4 juillet 2012

Pouchkine

Ah si, Pouchkine... je l'ai dévoré. On a beau connaître telle page, telle scène, on les relit ; c'est une nourriture. Ca vous pénètre, vous avez ça dans le sang, ça vous rafraîchit le cerveau tout en purifiant l'âme des péchés. Son

Lorsque pour le mortel le bruit du jour s'apaise (1)

vaut bien le psaume 50 ("Aie pitié de moi, mon Dieu"). C'est aussi grand, aussi abasourdissant et aussi religieux. C'est la même vérité.

Vassili ROZANOV, Feuilles tombées (1984)
_____________
(1) Souvenir (Vospominanie) 1828.