jeudi 15 août 2013

En la fête de l'Assomption

Dieu a créé par amour, pour l'amour. Dieu n'a pas créé autre chose que l'amour même et les moyens de l'amour. Il a créé toutes les formes de l'amour. Il a créé des êtres capables d'amour à toutes les distances possibles. Lui-même est allé, parce que nul autre ne pouvait le faire, à la distance maximum, la distance infinie. Cette distance infinie entre Dieu et Dieu, déchirement suprême, douleur dont aucune autre n'approche, merveille de l'amour, c'est la crucifixion. Rien ne peut être plus loin de Dieu que ce qui a été fait malédiction.
Ce déchirement par-dessus lequel l'amour suprême met le lien de la suprême union résonne perpétuellement à travers l'univers, au fond du silence, comme deux notes séparées et fondues, comme une harmonie pure et déchirante. C'est cela la Parole de Dieu. La création tout entière n'en est que la vibration. Quand la musique humaine dans sa plus grande pureté nous perce l'âme, c'est cela que nous entendons à travers elle. Quand nous avons appris à entendre le silence, c'est cela que nous saisissons, plus distinctement, à travers lui.

Simone WEIL, Attente de Dieu (1966)

mercredi 7 août 2013

Bénédiction

Ecoutez-moi,
vous tous qui êtes en quête de justice,
qui cherchez Yahvé.
Regardez le roc d'où vous futes taillés,
et la fosse d'où l'on vous a tirés.
...
Oui,
Yahvé a pitié de Sion,
il a pitié de toutes ses ruines.
De son site désertique,
il fera un Eden
et de sa steppe,
le jardin de Yahvé.
On y entendra des cris d'enthousiasme
et de joie,
dans l'action de grâces, au son de la musique.

Isaïe, 51, 1-3