lundi 22 décembre 2014

Locksley Hall (fragment)

Locksley Hall, that in the distance overlooks
the sandy tracts,
And the hollow ocean-ridges roaring into
cataracts.

Many a night from yonder ivied casement, ere
I went to rest,
Did I look on great Orion sloping slowly to
the West.

Many a night I saw the Pleiads, rising thro' the
mellow shade,
Glitter like a swarm of fire-flies tangled in a
silver braid.

Here about the beach I wander'd, nourishing
a youth sublime
With the fairy tales of science, and the long
result of Time ;

When the centuries behind me like a fruitful
land reposed ;
When I clung to all the present for the promise
that it closed :

When I dipt into the future far as human eye
could see ;
Saw the Vision of the world, and all the wonder
that would be. -

In the Spring, a fuller crimson comes upon the
robin's breast ;
In the Spring the wanton lapwing gets himself
another crest ;

In the Spring a livelier iris changes on the
burnish'd dove ;
In the Spring a young man's fancy lightly turns
to thoughts of love.

Then her cheek was pale and thinner than
should be for one so young,
And her eyes on all my motions with a mute
observance hung.

And I said, 'My cousin Amy, speak, and speak
the truth to me,
Trust me, cousin, all the current of my being
sets to thee.'

On her pallid cheek and forehead came a colour
and a light,
As I have seen the rosy red flushing in the
northern night.

And she turn'd - her bosom shaken with a
sudden storm of sighs -
All the spirit deeply dawning in the dark of
hazel eyes -

Saying, 'I have hid my feelings, fearing they
should do me wrong ;'
Saying, 'Dost thou love me, cousin ?' weeping,
'I have loved thee long.'

Love took up the harp of Life, and smote on
all the chords with might ;
Smote the chord of Self, that, trembling, pass'd
in music out of sight.

Many a morning on the moorland did we hear
the copses ring,
And her whisper throng'd my pulses with the
fulness of the Spring.

Many an evening by the waters did we watch
the stately ships,
And our spirits rush'd together at the touching
of the lips.

O my cousin, shallow-hearted ! O my Amy,
mine no more !
O the dreary, dreary moorland ! O the barren,
barren shore !

Alfred Lord TENNYSON, Poems (1842)

samedi 20 décembre 2014

SYRTES

Dans l' âtre brûlent les tisons,
Les tisons noirs aux flammes roses ;
Dehors hurlent les vents moroses,
Les vents des vilaines saisons.
Contre les chenets roux de rouille,
Mon chat frotte son maigre dos.
En les ramages des rideaux,
On dirait un essaim qui grouille :

C' est le passé, c' est le passé
Qui pleure la tendresse morte ;
C' est le bonheur que l' heure emporte
Qui chante sur un ton lassé.
 
Jean MOREAS, Syrtes,Remembrance. 

Ecoutez la chanson bien douce

Ecoutez la chanson bien douce
Qui ne pleure que pour vous plaire,
Elle est discrète, elle est légère :
Un frisson d'eau sur de la mousse !

La voix vous fut connue (et chère ?)
Mais à présent elle est voilée
Comme une veuve désolée,
Pourtant comme elle encore fière,

Et dans les longs plis de son voile,
Qui palpite aux brises d'automne.
Cache et montre au coeur qui s'étonne
La vérité comme une étoile.

Elle dit, la voix reconnue,
Que la bonté c'est notre vie,
Que de la haine et de l'envie
Rien ne reste, la mort venue.

Elle parle aussi de la gloire
D'être simple sans plus attendre,
Et de noces d'or et du tendre
Bonheur d'une paix sans victoire.

Accueillez la voix qui persiste
Dans son naïf épithalame.
Allez, rien n'est meilleur à l'âme
Que de faire une âme moins triste !

Elle est en peine et de passage,
L'âme qui souffre sans colère,
Et comme sa morale est claire !...
Ecoutez la chanson bien sage.

Paul VERLAINE, Sagesse.

mardi 9 décembre 2014

The Brook

I come from haunts of coot and hern,
I make a sudden sally,
And sparkle out among the fern,
To bicker down a valley.

By thirty hills I hurry down,
Or slip between the ridges,
By twenty thorps, a little town,
And half a hundred bridges.

Till last by Philip's farm I flow
To join the brimming river,
For men may come and men may go,
But I go on for ever.

I chatter over stony ways,
In little sharps and trebles,
I bubble into eddying bays,
I babble on the pebbles.

With many a curve my banks I fret
By many a field and fallow,
And many a fairy foreland set
With willow-weed and mallow.

I chatter, chatter, as I flow
To join the brimming river,
For men may come and men may go,
But I go on for ever.

I wind about, and in and out,
With here a blossom sailing,
And here and there a lusty trout,
And here and there a grayling,

And here and there a foamy flake
Upon me, as I travel
With many a silvery waterbreak
Above the golden gravel.

And draw them all along, and flow
To join the brimming river,
For men may come and men may go,
But I go on for ever.

I steal by lawns and grassy plots,
I slide by hazel covers;
I move the sweet forget-me-nots
That grow for happy lovers.

I slip, I slide, I gloom, I glance,
Among my skimming swallows ;
I make the netted sunbeam dance
Against my sandy shallows.

I murmur under moon and stars
In brambly wildernesses;
I linger by my shingly bars ;
I loiter round my cresses ;

And out again I curve and flow
To join the brimming river,
For men may come and men may go,
But I go on for ever.

Alfred Lord TENNYSON, Maud and other Poems (1900)

samedi 18 octobre 2014

L'ambiguïté

Oui et non, c'est la seule réponse, là où c'est nous-mêmes qui sommes en cause; nous croyons et nous ne croyons pas, nous aimons et nous n'aimons pas, nous sommes et nous ne sommes pas; mais s'il en est ainsi, c'est que nous sommes en marche vers un but que tout ensemble nous voyons et que nous ne voyons pas.

Gabriel MARCEL, L'Emissaire (1949)


mardi 15 juillet 2014

L'âme

On ne peut  pas voir l'âme en soi, car elle est esprit, mais dès qu'un être se tourne vers un autre avec amour, celui-ci voit l'âme dans le visage qui se tourne vers lui. Non seulement il la pense, non seulement il ne déduit pas son existence à partir de sa propre expérience intérieure, mais il la voit. On pourrait même presque dire qu'en un tel instant, l'âme aimante est la première chose qu'il voit et le corps seulement en elle.

Romano GUARDINI, Le message de Saint Jean (1965)

lundi 30 juin 2014

La Promenade

Ô forêts si joliment peintes
Sur le penchant du coteau vert
Où serpente ma promenade !
Pour chaque aiguillon dans le coeur
Un doux repos me récompense,
Quand il fait sombre dans mon âme :
Depuis toujours art et pensée
Ont pour salaire la douleur.
ô jolies images du val,
Arbres et jardins, par exemple,
Et puis ce sentier très étroit,
Le ruisseau qu'on devine à peine ;
De quel éclat brille gaiement
Au lointain la splendide image
Du paysage que je hante
Volontiers sous un ciel clément.
La Divinité nous guide, amicale,
Avec du bleu pour commencer,
Puis des nuages qu'elle arrange,
D'une forme arrondie et grise,
Avec les feux d'éclairs, les coups
De tonnerre, les champs, leur charme,
Et la beauté qui sourd aux sources
De l'Image toute première.

HÖLDERLIN, Poèmes

jeudi 26 juin 2014

Waldeinsamkeit

I do not count the hours I spend
In wandering by the sea;
The forest is my loyal friend,
Like God it useth me.

In plains that room for shadows make
Of skirting hills to lie,
Bound in by streams which give and take
Their colors from the sky;

Or on the mountain-crest sublime,
Or down the oaken glade,
O what have I to do with time?
For this the day was made.

Cities of mortals woe-begone
Fantastic care derides,
But in the serious landscape lone
Stern benefit abides.

Sheen will tarnish, honey cloy,
And merry is only a mask of sad,
But, sober on a fund of joy,
The woods at heart are glad.

There the great Planter plants
Of fruitful worlds the grain,
And with a million spells enchants
The souls that walk in pain.

Still on the seeds of all he made
The rose of beauty burns;
Through times that wear and forms that fade,
Immortal youth returns.

The black ducks mounting from the lake,
The pigeon in the pines,
The bittern's boom, a desert make
Which no false art refines.

Down in yon watery nook,
Where bearded mists devide,
The gray old gods whom Chaos knew,
The sires of Nature, hide.

Aloft, in secret veins of air,
Blows the sweet breath of song,
O, few to scale those uplands dare,
Though they to all belong!

See thou bring not to field or stone
The fancies found in books;
Leave authors' eyes, and fetch your own,
To brave the landscape's looks.

Oblivion here thy wisdom is,
Thy thrift, the sleep of cares;
For a proud idleness like this
Crowns all thy mean affairs.

Ralph Waldo EMERSON, Poetry (1857)

mardi 24 juin 2014

Fable

The mountain and the squirrel
Had a quarrel,
And the former called the latter "Little Prig;"
Bun replied,
"You are doubtless very big;
But all sorts of things and weather
Must be taken in together,
To make up a year
And a sphere.
And I think it no disgrace
To occupy my place.
If I'm not so large as you,
You are not so small as I,
And not half so spry.
I'll not deny you make
A very pretty squirrel track;
Talents differ; all is well and wisely put;
If I cannot carry forests on my back,
Neither can you crack a nut."

Ralph Waldo EMERSON, Poetry (1845)

lundi 5 mai 2014

8 Mai 1945

Mourir

Elle m'aurait lâchée cette sacrée vie
Si je l'avais laissée faire

C'était facile
Un éclair de vertige
Le bonheur fluide d'un instant

Mais le Printemps faisait du bruit
Dans ma mémoire si tôt blessée
Et je l'ai entendu
Au-delà des barbelés

Magda HOLLANDER-LAFON, Quatre petits bouts de pain, Des ténèbres à la joie (2012)

dimanche 4 mai 2014

Mai 1944-Mai 2014 : contre l'oubli

Ma mémoire s'ouvre douloureusement à force d'appels. Je sors de ce long tunnel où je me suis terrée.
Des milliers de regards ont disparu
Sans savoir pourquoi.  Ils m'appellent
Ils sont pleins de détresse
D'humiliation
Allumés par la faim
Eteints par la soif.
Le regard crispé d'une compagne avec les crocs d'un chien dans la chair.
Elle perd la vie à chaque pas.
Le regard anéanti d'une autre qui meurt sous les coups de bâton.
Des centaines de regards qui s'éteignent, épuisés par de longues heures d'appels.
Sur des milliers de visages perdus, l'abattement d'une vie trop tôt avortée.
Les camions arrivent et repartent dans les longues allées du désespoir
Remplis de vies tassées aux regards d'au-delà.
Les mains tendues, décharnées, aggripent la vie avec des cris perdus.
La cheminée crépite.
Le ciel est bas et gris et jaune.
Nous respirons leurs cendres dispersées dans le vent.
Trente ans après
Je perce, émue, le mur épais de ma mémoire.
Pour que tant de regards quémandeurs d'espérance
Ne s'évanouissent pas
En poussière.

Magda HOLLANDER-LAFON, Quatre petits bouts de pain, Des ténèbres à la joie (2012)

dimanche 23 mars 2014

Arbre

L'arbre chante comme l'oiseau.
Tout à coup, coup de vent. - Vent brusque.
Cela vient, s'apaise, revient comme vagues.
Le vent donne au grand arbre une multitude de pensées, le surprend, le trouble, l'attaque en tous points, l'ébranle. Le revêt de l'envers de ses milliers de feuilles nombreuses. L'épouse, le change en ruisseau perdu.
Ceci donne pur rêve du ruisseau.
L'arbre rêve d'être ruisseau ;
L'arbre rêve dans l'air d'être une source vive ...
Et de proche en proche, se change en poésie, en un vers pur ...

Paul VALERY, Tel Quel II (1943)

jeudi 20 février 2014

Soupirs et larmes

It's such a little thing to weep,
So short a thing to sigh ;
And yet by trades the size of these
We men and women die !

Emily DICKINSON, Selected Poems and Letters edited by Robert N. Linscott (1959)

dimanche 9 février 2014

Pour Eros contre Thanatos

Ce qu'il faut savoir, c'est que l'homme de la technique, ayant au sens le plus profond perdu la conscience de soi, c'est-à-dire avant tout des régulations transcendantes qui lui permettent de repérer sa conduite ou ses intentions, est de plus en plus désarmé devant les puissances de destruction déchaînées autour de lui et devant les complicités que celles-ci rencontrent au fond de lui-même.
En dernière analyse, ce qui ne se fait pas par Amour et pour l'Amour finit invariablement par se faire contre l'Amour.

Gabriel MARCEL, Les hommes contre l'humain (1951)

mercredi 29 janvier 2014

L'humanité est une

L'humanité est une sur le plan psychologique et affectif. Certes, les rires, les larmes, les sourires sont modulés, inhibés ou exhibés différemment selon les cultures. Mais, en dépit de l'extrême diversité de ces cultures et des types de personnalité qui s'imposent, les rires, les larmes et les sourires sont universels.
Les êtres humains ont déployé une diaspora qui les a conduits à peupler tous les habitats de la planète.
Les êtres humains présentent des caractéristiques physiques - taille, couleur de peau, forme des yeux et du nez - différenciés ; ils présentent des cultures et des langues différenciées qui sont devenues inintelligible les unes pour les autres ; ils présentent des rites et des usages différenciés qui sont devenus incompréhensibles les uns pour les autres ; ils présentent des croyances différenciées qui sont devenues irréductibles les unes aux autres.
Mais, dans l'humanité, partout il y a du mythe ; partout il y a de la rationalité ; partout il y a des stratégies et des inventions ; partout il y a de la danse, du rythme et de la musique; partout il y a du plaisir, de l'amour, de la tendresse, de l'amitié, de la colère et de la haine ; partout l'imaginaire prolifère.
Et, pour différents que soient leurs formules et leurs dosages, il y a partout un indissociable mélange de raison et de folie.

Edgar MORIN, Mauro CERUTI, Notre Europe, Décomposition ou métamorphose (2014)


dimanche 26 janvier 2014

La Rose et le Réséda


Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fût de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfèrent les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Nos sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
A la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda

Louis ARAGON, (1943)